Sermon ~ Dieu parfait source de toute perfection

Mes bien chers Frères,

Nous voici à la quatrième preuve de l’existence de Dieu, la plus riche. Pas la plus facile à expliquer, mais la plus féconde.

Télécharger

Résumé du sermon
Exercices de saint Ignace

Résumé du sermon

Énoncé de la preuve

Toute perfection limitée dépend d’une perfection absolue qui en est la source.

Par exemple la science. Celle du disciple dépend du maître, celle du maître dépend de celle du docteur, mais celle du docteur est une participation au mystère de la science en lequel il a pénétré et qui préexiste à toute connaissance et qui en est la source.

On peut la faire par le multiple. Si deux hommes existent, c’est que l’existence ne fait pas corps avec chacun puisqu’elle est partagée. Ils l’ont donc l’un et l’autre reçue de plus parfait qu’eux. Celui-ci l’avait il lui-même reçue ? Il faut arriver à la source de toute existence.

Par cette preuve, on prouve non seulement l’existence de Dieu, l’être parfait, mais de l’unité de toutes les perfections en lui, et qu’il est la cause de toute perfection dans le monde.

Dieu n’a pas, il EST la sagesse, la bonté, la vie, la miséricorde qui ne font qu’un en lui.

Applications

L’amitié. Instinctivement on sent qu’elle est un mystère. Beaucoup d’hommes sages en ont vu l’importance et ont cherché à en percer le mystère : Aristote, Cicéron, Bonnard…

Pourquoi deux hommes sont-ils amis ?

Les divers niveaux d’amitié. Bien sensible, bien utile, bien agréable.

L’amitié vient du bien supérieur, mais elle se communique. Le devoir d’aimer et d’être aimé.
application aux parents : à quel amour participent-ils et quel amour communiquent-ils ?

Nous sommes là à la source de l’autorité. Il faut ne pas hésiter à vouloir être aimé, car c’est à travers cet amour que l’enfant aime le bien lui-même.

Prochains sermons : la source du devoir, l’autorité, le rayonnement de la foi,

Exercices de saint Ignace de Loyola

Contemplation finale. Dans le quatrième point, je contemplerai que tous les biens et tous les dons descendent d’en haut : ma puissance limitée dérive de la puissance souveraine et infinie qui est au-dessus de moi ; de même la justice, la bonté, la compassion, la miséricorde, etc. ; comme les rayons émanent du soleil, comme les eaux découlent de leur source, etc. Ensuite, je réfléchirai sur moi-même, comme il a été dit, et je terminerai par un colloque suivi de l’Oraison dominicale.