La démocratie génère le chaos

Le 20 juin 1990, dans son fameux discours prononcé à La Baule lors du 16e sommet franco-africain, François Mitterrand déclara que c’était par déficit de démocratie que le continent ne parvenait pas à se « développer ». En conséquence de quoi, il conditionna désormais l’aide de la France à l’introduction du multipartisme.

Le résultat fut que, dans toute l’Afrique francophone, la chute du système de parti unique provoqua une cascade de crises et de guerres, le multipartisme y exacerbant l’ethnisme et le tribalisme jusque-là contenus et canalisés dans le parti unique. Avec pour conséquence le triomphe électoral des ethnies les plus nombreuses.

Continuer la lecture de « La démocratie génère le chaos »

Qui choisit les évêques de la Fraternité St Pie X ? par Mgr Williamson

29 avril, 2023

Numéro DCCCXXIV (824)

L’Église n’est plus rien pour un « bon » moderniste,
Donc le « bon » Ratzinger nous a flanqué hors-piste.

Le 16 mars dernier, l’abbé Edward MacDonald, tête virtuelle de la « Résistance » catholique en Australie et en Nouvelle-Zélande, a écrit pour ses fidèles un excellent article sur la prétendue « excommunication » des quatre évêques consacrés par Mgr Lefebvre le 30 juin 1988, à Écône en Suisse. L’article montre clairement comment les modernistes de Rome se sont joués des successeurs de Mgr Lefebvre à la tête de la Fraternité Sacerdotale Saint Pie X (FSSPX) ; et comment ils ont de fait paralysé la défense de la vraie Foi catholique par la FSSPX, tant que cette dernière ne reviendra pas, dans les actes et pas seulement en paroles, à la lumineuse position de Mgr Lefebvre, qui plaçait l’intégrité de la Foi au-dessus de la fausse « obéissance ».

La question centrale de tout accord entre la FSSPX et Rome a toujours été : dorénavant, qui nomme les évêques de la FSSPX ? (Voir, par exemple, ce même Commentaire pour le 26 septembre 2009.) La raison en est que l’histoire de l’Église catholique regorge d’exemples de combats entre les amis et les ennemis de Dieu – habituellement et respectivement l’Église et l’État – pour la maîtrise de la nomination des évêques catholiques. Car l’Église catholique est une monarchie et non une « démocratie » moderne : ce sont les évêques qui font les fidèles catholiques et non les fidèles qui font les évêques.

Continuer la lecture de « Qui choisit les évêques de la Fraternité St Pie X ? par Mgr Williamson »

La Passion corporelle de Jésus
par le Docteur Pierre Barbet

Quand un chirurgien s’est penché pendant des années sur la souffrance d’autrui, quand il y a goûté soi-même, il est certes plus près de la compassion que de l’indifférence, parce que il connaît mieux la douleur, parce qu’il en sait mieux les causes et les effets.

   Aussi, lorsqu’un chirurgien a médité sur les souffrances de la Passion, quand il en a décomposé les temps et les circonstances physiologiques, quand il s’est appliqué à reconstituer méthodiquement toutes les étapes de ce martyre d’une nuit et d’un jour, il peut, mieux que le prédicateur le plus éloquent, mieux que le plus saint des ascètes (à part ceux qui en ont eu la directe vision, et ils en sont anéantis), compatir aux souffrances du Christ. Je vous assure que c’est abominable ; j’en suis venu pour ma part à ne plus oser y penser. C’est lâcheté sans aucun doute, mais j’estime qu’il faut avoir une vertu héroïque ou ne pas comprendre, qu’on doit être un saint ou un inconscient, pour faire un Chemin de Croix. Moi, je ne peux plus.

Continuer la lecture de « La Passion corporelle de Jésus par le Docteur Pierre Barbet »

Saint Ignace, martyr
« être broyé sous la dent des bêtes comme froment de Dieu, pour devenir le pain de Jésus-Christ. »

Saint Ignace fut un grand évêque, un homme d’une rare sainteté ; mais sa gloire est surtout son martyre. Conduit devant l’empereur Trajan, il subit un long interrogatoire :

« — C’est donc toi, vilain démon, qui insulte nos dieux ?
« — Nul autre que vous n’a jamais appelé Théophore un mauvais démon.
« — Qu’entends-tu par ce mot Théophore ?
« — Celui qui porte Jésus-Christ dans son cœur.
« — Crois-tu donc que nous ne portons pas nos dieux dans notre cœur ?
« — Vos dieux ! ce ne sont que des démons ; il n’y a qu’un Dieu Créateur, un Jésus-Christ, Fils de Dieu, dont le règne est éternel.
« — Sacrifie aux dieux, je te ferai pontife de Jupiter et père du Sénat.
« — Tes honneurs ne sont rien pour un Prêtre du Christ ».

Trajan, irrité, le fait conduire en prison. « Quel honneur pour moi, Seigneur, s’écrie le Martyr, d’être mis dans les fers pour l’amour de Vous ! » et il présente ses mains aux chaînes en les baisant à genoux.

Continuer la lecture de « Saint Ignace, martyr « être broyé sous la dent des bêtes comme froment de Dieu, pour devenir le pain de Jésus-Christ. » »