Dernier sermon sur Jésus-Christ
avant d’aborder les sacrements

Mes bien chers Frères,

Voici notre dernier sermon sur Jésus-Christ, il est temps de nous arrêter pour voir où Jésus nous a conduits.

Je prie pour vous et je vous porte en offrande à la messe.

Téléchargement

Notes et synthèse du sermon
Retour sur le chemin parcouru : la vie intérieure

Nous sommes dans l’octave de l’Ascension. Notre conversation (c’est-à-dire notre milieu de vie) est au Ciel.

1. Importance de comprendre que la vie chrétienne est d’abord une vie intérieure.

Preuve par le plan de la somme de saint Thomas d’Aquin

1ère partie de la Somme : Dieu, ses perfections, son œuvre.

2e partie de la Somme : notre vie en Dieu

       Ia IIae      Notre adhésion libre à Dieu par nos actes.
               La présence de Dieu en nous par la grâce

       IIa IIae    Imiter Dieu par la vertu
               Tout chrétien est contemplatif

2. « Nul ne va au Père que par moi »

3e partie de la Somme : Jésus-Christ, Dieu et homme

       L’humanité du Christ cause instrumentale de la divinité

       Le sacrifice : union aux trois personnes divines par Jésus-Christ

       Les sacrements prolongations de l’humanité du Christ

3. moyens concrets de nos unir au Christ

Dom Marmion : Comment nous nous assimilons le fruit des mystères de Jésus – Résumé

A. Pour participer à la vertu des mystères du Christ, il faut les connaitre et se mettre en contact avec eux

– par la lecture de l’Évangile.
– par l’union à l’Église dans sa liturgie
– l’Église est comme une prolongation de l’Incarnation à travers les siècles 
– s’unir à elle dans la liturgie est une voie infaillible pour comprendre les mystères de Jésus et s’en assimiler les fruits.

B. Chacun des mystères représentés par la liturgie possède une grâce qui lui est propre ; rôle et utilité des éléments extérieurs de la liturgie ; la grâce des mystères est surtout intérieure; comment dans tous ses mystères le Christ produit en nous la grâce qu’il a méritée en les vivant ; importance pour les fidèles de participer à ces mystères ; notre imitation du Christ n’est pourtant pas un travail purement humain ; seul l’Esprit-Saint peut reproduire en nous surnaturellement l’image du Fils de Dieu ; il le fait efficacement pendant que nous contemplons les mystères du Jésus

C. Dispositions requises pour que notre participation aux mystères du Christ soit féconde : la foi ; la révérence et adoration ; l’amour ; heureuse l’âme qui boit à ces sources d’eau vive.

Importance des retraites spirituelles

Complément : Extrait du « Catéchisme de la doctrine chrétienne publié par ordre de saint Pie X »(1913).

« Les fêtes ont été instituées pour rendre à Dieu en commun, dans ses saints temples, le culte suprême d’adoration, de louange, de remerciement, de réparation. Tout y a été si bien disposé et adapté aux circonstances – les cérémonies, les paroles, le chant, l’ordonnance extérieure en tous ses détails — qu’elles peuvent faire pénétrer profondément dans l’esprit les mystères, les vérités ou les faits que nous célébrons et nous porter aux sentiments et aux actes correspondants. Si les fidèles étaient bien instruits de cette matière et célébraient les fêtes avec l’esprit voulu de l’Église en leur institution, on obtiendrait une rénovation et un accroissement notable de foi, de piété, d’instruction religieuse, et, par conséquent, la vie intérieure des chrétiens s’en trouverait ranimée et améliorée. »

 « Que tout bon chrétien, s’aidant de la prédication ou de quelque livre approprié, s’étudie à comprendre et à faire sien l’esprit de chaque fête, se reportant à son objet et à son but spécial, méditant la vérité, la vertu, le prodige, le bienfait qui s’y trouve particulièrement commémoré, cherchant de toutes manières à en retirer une amélioration personnelle. Il connaîtra mieux ainsi et aimera avec plus de ferveur Dieu. Notre-Seigneur Jésus-Christ, la sainte Vierge et les saints ; il s’affectionnera à la sainte liturgie, à la prédication, à l’Église, et cherchera même à y attacher les autres. Toute fête sera pour lui dès lors un jour de Dieu, une vraie fête qui réjouira son âme, la restaurera, la retrempera, la remplira d’une nouvelle vigueur pour porter les souffrances et les luttes quotidiennes durant la semaine. »