Sermon sur Dieu 17 ~Dieu est vérité

Mes bien chers Frères,

En route pour l’Irlande, j’ai quand même réussi à enregistrer mon sermon.

Certains se sont étonnés de recevoir des courriels à deux heures de matin pour les avertir de la mise en ligne de mes sermons. Rassurez-vous, je n’enregistre pas les sermons la nuit, mais l’application qui vous envoie le message d’avertissement met six ou huit heures à l’envoyer.

Aujourd’hui nous étudions les paroles de Notre Seigneur :

“Si je suis né et si je suis venu dans le monde, c’est pour rendre témoignage à la vérité.” S. Jn 18, 37.

“Je suis le chemin la vérité et la vie.” S. Jn 14, 6

Et celles-ci : “Et la lumière – c’est-à-dire le Verbe fait chair – brille dans les ténèbres, mais les ténèbres ne l’ont pas reçue.”

Télécharger

Résumé du sermon

Dieu est la vérité même, cela semble évident. Mais les hommes – surtout les modernes – nient la notion même de vérité et, par là, s’affranchissent de Dieu et construisent le monde à leur idée. La question de la vérité et une de celles le plus souvent abordées par Mgr Lefebvre, par Mgr Williamson, par tous les auteurs qui veulent restaurer la royauté du Christ.

Ce qu’est la vérité

La vérité est la qualité de l’intelligence, lorsqu’elle juge des choses correctement.

Dieu est la vérité éternelle 1. parce qu’il se connaît soi-même parfaitement. Le jugement qu’il porte sur soi-même est identique à lui-même, 2. parce qu’il est la première mesure des choses.

La vérité est par conséquent dans les choses lorsqu’elles sont conformes à ce que Dieu a voulu qu’elles soient. (Dieu n’est donc l’auteur ni du mal, ni de l’erreur.)

La vérité est enfin dans l’intelligence humaine quand elle voit les réalités telles qu’elles sont.

Les voir telles qu’elles sont, c’est les voir telles que Dieu les a faites, c’est donc, d’une certaine manière, entrer dans la pensée de Dieu.

La recherche de la vérité doit donc être constante, non pas au sens qu’on doit constamment étudier dans des livres, mais qu’on doit constamment avoir le souci de « coller » à la pensée de Dieu. Pour cela, il faut la méditer,

L’exemple de la famille. La définition de la famille en général. Ma famille est-elle conforme à la définition que Dieu lui a donnée. Cette définition est intuitivement connue dans ses grandes lignes, mais il faut la pénétrer par l’éclairage apporté par les théologiens, les philosophes, les juristes. En période de chrétienté, cet éclairage est partout diffusé, en période de subversion, chacun doit retrouver par soi les vérités sur la famille. Puis il faut l’appliquer à la conduite de chaque famille en particulier.

C’est une attitude de profonde humilité.

La révolte contre la vérité

Ceux qui nient que l’intelligence humaine puisse saisir la pensée de Dieu.

       C’est un profond irrespect envers Dieu, comme s’il n’avait pas pu donner à l’homme une réelle intelligence.

       C’est une révolte pour ne pas avoir à dépendre de Dieu.

Ockam, pourtant religieux franciscain, fut le premier nominaliste. Dieu est trop grand pour qu’on puisse comprendre sa pensée. C’est une négation de l’intelligence. Réponse : si Dieu est grand, il est bien capable de donner une véritable intelligence à l’homme.

Les idéalistes transforment cette négation de l’intelligence en une véritable révolte.

Conséquences : ils refont le monde à leur idée. Or, leur idée première est une révolte.

La vérité restaurée par le Verbe fait chair

Le Verbe : ce nom donné à la deuxième personne de la Sainte Trinité exprime la vérité éternelle de Dieu : le Verbe, la parole.

Il est vie et lumière. Lumière qui éclaire sur les réalités, c’est-à-dire sur la vérité, c’est-à-dire sur le plan de Dieu.

Vie, car la vie de l’homme, c’est de connaître Dieu.