Sermon ~ Réagir à la persécution
Notre victoire sur le monde, c’est notre foi

Mes bien chers Frères,

Tout d’abord, je vous prie d’excuser mon silence la semaine dernière. Aussitôt terminée la retraite que je prêchais, je dus me rendre en Normandie.

J’aborde la dernière partie de cette série de sermons, la plus importante, pour vous donner les moyens de tenir bon sous la persécution. Dans cette série, je traiterai en plusieurs sermons, — de la foi et la vérité — du désir du martyre — de la pénitence pour les pécheurs — d’aider les autres — de se couper du monde — de la puissance de Marie.

Aujourd’hui : Notre victoire sur le monde, c’est notre foi.

Télécharger

Résumé du sermon
Vatican II La liberté religieuse

Résumé du sermon

La foi

Fidélité

« Celui qui me confessera devant les hommes, je le confesserai devant mon Père. »

La fidélité est la première épreuve pour être avec Dieu

Elle donne le Christ

La foi n’est pas une condition pour mener la vie chrétienne, elle est la vie chrétienne : « Christum habitare per fidem in cordibus vestris : que le Christ habite dans vos cœurs par la foi. » (Saint Paul)

Son efficacité

On ne peut opposer foi et efficacité. Tout ce qui est né de Dieu triomphe du monde; et la victoire qui triomphe du monde, c’est notre foi. 5 Qui est celui qui a triomphé du monde, sinon celui qui croit que Jésus est le Fils de Dieu? (1 S. Jean 5)

La vérité

Parce que la vérité est l’expression de la sagesse de Dieu, on ne peut lui être infidèle.

La vérité ne donne pas directement le Christ, mais elle met sur la voie. S’écarter de la vérité détruit la foi.

Adhérer à la vérité tout en affirmant le contraire ? Non, car c’est avoir honte de Dieu, et c’est mettre la lumière sous le boisseau. Cela peut aller jusqu’au péché mortel, si la vérité est essentielle ou si le bien du prochain exigeait de professer la vérité.

Efficacité de la vérité

Par la vérité, nous entrons non seulement dans la sagesse de Dieu, mais aussi dans son action.

Le cardinal Pie affirme que la vérité finit toujours par triompher. On ne le comprend que si on part de Dieu et non de l’homme. C’est Dieu qui proclame le premier la vérité et, nécessai­rement, il l’accompagne de la grâce pour qu’elle soit reçue.

S’écarter de la vérité par souci d’efficacité, c’est s’écarter de l’action et de la grâce de Dieu.

« On ne met pas la lampe sous le boisseau, mais sur le lampadaire pour éclairer tous les habitants de la maison. »

Objection : toute vérité n’est pas bonne à dire. Réponse : il faut suivre la pédagogie du bon Dieu et aller au rythme de Dieu, non au rythme qui nous plaît. Mais cela ne permet jamais de mentir.

Le martyr de la vérité

“Martyr” signifie “témoin” témoin de la vérité.

La foi est supérieure aux apparences, la charité aussi

Il faut croire faux tout ce qui s’oppose à la foi, quelles que soient les apparencs de vérité que cela puisse présenter.

L’Antéchrist fera de prodiges qui pourraient trobler même les élus.

Par conséquent, si vous n’avez pas étudié suffisamment la Révolution, ses méthodes, ses erreurs et ses mensonges, il vous suffira d’avoir la foi pour tenir bon.

L’histoire de Bernard R. et de son voisin.

Vatican II
La liberté religieuse

Voici ce qu’ose enseigner le concile Vatican II, que la chrétienté soit remplacée par des sociétés démoniaques, car, dit l’Écriture Sainte, tous les dieux des païens sont des démons.

“La liberté religieuse demande, en outre, que les groupes religieux ne soient pas empêchés de manifester librement l’efficacité singulière de leur doctrine pour organiser la société et vivifier toute l’activité humaine. La nature sociale de l’homme, enfin, ainsi que le caractère même de la religion, fondent le droit qu’ont les hommes mus par leur sentiment religieux, de tenir librement des réunions ou de constituer des associations éducatives, culturelles, caritatives et sociales.” (1965 Dignitatis Humanae 4)