Sermon Qui et Dieu ~ 20 Dieu est juste et miséricordieux

Mes bien chers Frères,

“La justice sans miséricorde est cruauté, et la miséricorde sans justice engendre la ruine. C’est pourquoi il faut que les deux aillent ensemble, comme dit Pr 3, 3 : Que miséricorde et vérité ne te quittent etc. ; Ps 4, 11 : Miséricorde et vérité se sont rencontrées.” Saint Thomas d’Aquin.

Tel est le sujet du sermon aujourd’hui, où nous entrons dans la grande Semaine Sainte où Jésus-Christ allie la justice en expiant nos fautes à la miséricorde en le faisant en notre nom, pour que nous soyons saints.

Télécharger

Résumé du sermon
Saint Thomas d’Aquin

Résumé du sermon

La justice de Dieu

Dieu est juste

Non pas en ce sens que Dieu accomplirait un devoir de justice envers ses créatures, mais en ce sens qu’il donne toujours à ses créatures ce dont elles ont besoin. Sa justice est vérité. nous verrons que le mal ne vient que de l’homme, le mal qui nous paraît venir de Dieu est en réalité un bien.

Dieu aime plus les uns que les autres

Dieu n’a qu’un amour et, donc, il n’aime pas les uns plus intensément que les autres. Mais son amour distribue des biens différents aux uns et aux autres.

Deux réactions mauvaises possibles : 1. refuser l’inégalité. Cela revient à accuser Dieu. C’est l’erreur démocratique. 2. Se contenter de la médiocrité avec le faux raisonnement suivant : si je suis médiocre, c’est que Dieu m’a donné peu de dons, donc je n’ai pas à chercher la perfection !

La vraie réaction : 1. accepter l’inégalité qui est pour le bien de l’univers – la comparaison avec l’inégalité de membres du corps – et, en particulier, pour le bien de l’Église – saint Paul : les uns sont évêques, d’autres docteurs, etc. 2. chercher au contraire à correspondre à tout l’amour de Dieu pour nous en ayant la perfection que Dieu veut pour nous. D’autant plus que la seule qualité qui compte, c’est la charité (l’amour de diu qu’on appelle charité) et que, là, nous pouvons toujours progresser, car nous ne correspondons jamais à ce que Dieu nous donne.

La justice par rapport au péché

Le péché a quelque chose d’infini, dit saint Thomas d’Aquin, en raison de l’infinie majesté de Dieu offensé.

La miséricorde

Miséricordieux = considérer la misère d’autrui comme la nôtre.
Dieu nous unit tellement à nous qu’il considère notre misère comme étant la sienne
cela se réalise surtout en Jésus-Christ.

La miséricorde remédie à la misère. Elle ne consiste pas à oublier le péché, à le considérer comme peu de chose, mais à restaurer la sainteté de la grâce chez le pécheur qui l’avait perdue.

Soyez miséricordieux comme votre Père céleste est miséricordieux. Nous serons jugés sur la miséricorde.

Conclusion : Dieu est plus miséricordieux que juste

La création nous sort du néant ; la grâce sanctifiante est sans mérite de notre part ; la rédemption nous sort du péché ; etc.

Saint Thomas d’Aquin

La justice sans miséricorde est cruauté, et la miséricorde sans justice engendre la ruine. Et c’est pourquoi il faut que les deux aillent ensemble, comme dit Pr 3, 3 : Que miséricorde et vérité ne te quittent etc. ; Ps 85, 10 : Miséricorde et vérité se sont rencontrées, etc.

Être miséricordieux, c’est avoir un cœur qui souffre du malheur d’autrui. Nous avons miséri­corde du malheur d’autrui quand nous considérons ce malheur comme si c’était le nôtre.

Et il faut savoir que toujours les dons de Dieu dépassent nos mérites. Si 35, 10 : Car le Seigneur paie de retour, il te rendra au septuple. La miséricorde que le Seigneur dépense pour nous est donc beaucoup plus grande que celle que nous dépensons pour le prochain. Cette miséricorde commence dans cette vie de deux façons : premièrement parce que les péchés sont acquittés, Ps 102, 3 : Lui qui pardonne toutes tes iniquités. Deuxièmement, parce qu’il supprime les défauts temporels, de même qu’il fait lever son soleil. Mais ce [ne] sera achevé [que] dans le futur, quand tout disparaîtra, malheur, fautes, peines… Ps 35, 6 : Seigneur, dans le ciel est ta miséricorde. Ainsi, ILS OBTIENDRONT MISÉRICORDE.

Cette béatitude se rapporte au don de conseil, car c’est une sagesse unique en son genre de suivre la miséricorde au milieu des dangers de ce monde. 1 Tm 4, 8 : La piété est utile pour tout ; Dn 4, 24 : Que mon conseil plaise au roi.

 (Saint Thomas d’Aquin, commentaire des Béatitudes)