La Fraternité St Pie X au Canada se plie aux lois LGBT

Source :  2018-2019 Policy Handbook (Voir aussi Tradition Québec)

C’est au début du mois d’octobre 2018 qu’était connu le règlement intérieur de l’école Saint John Bosco, Alberta, de la Fraternité Saint Pie X (FSSPX). Il s’agit d’un document d’une quarantaine de pages rédigé en anglais, réglant la vie scolaire, les codes de conduite des élèves et du personnel de ladite école, les sanctions, etc. Le tout ayant été avalisé par l’abbé Couture, supérieur du district du Canada, tel qu’écrit dans le préambule :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce “code de bonne conduite” ainsi approuvé condamne un certain nombre de mauvais comportements et en donne une liste dont :

« b) Actes d’intimidation, de harcèlement ou d’intimidation en raison de la race, des convictions religieuses, de la couleur, de la couleur, du handicap physique, de l’âge, de l’ascendance, du lieu d’origine, de la situation de famille, de la famille, du sexe, de l’identité sexuelle, expression de genre et orientation sexuelle.

Toutefois, c’est vers la page 45 que le texte prend une tout autre tournure :

 

Traduction :

« Afin que tous les membres de la communauté scolaire puissent travailler ensemble dans une atmosphère de respect de la dignité de toutes les personnes, cette politique est adoptée pour assurer que chaque élève et membre du personnel puisse jouir d’un environnement accueillant, attentionné, respectueux, respectant la diversité et favorise un sentiment d’appartenance.
La direction ne tolérera pas le harcèlement, l’intimidation ainsi que la discrimination des étudiants ou du personnel tel que prévu dans la loi de l’Alberta sur les droits de la personne ou dans la Charte des droits et libertés. Ces dernières incluent la discrimination sur la base de différences réelles ou perçues, y compris l’orientation sexuelle, l’identité sexuelle et expression de genre.
Pour atteindre cet objectif, la Direction exige de ses écoles, de son personnel et de ses élèves de promouvoir un environnement d’apprentissage accueillant, attentif, respectueux et sûr, respectant la diversité et développant un sentiment d’appartenance conformément aux droits du personnel et des élèves en vertu de la législation suivante. reflété dans les procédures de l’école :
Charte canadienne des droits et libertés.
Loi de l’Alberta sur les droits de la personne.
Déclaration des droits de l’Alberta.
• Loi scolaire.
Loi visant à soutenir les alliances homosexuelles

 

Cette dernière loi fait partie du Bill 24: An Act to Support Gay-Straight Alliances, voici le texte de la loi :

 

Traduction :

« L’école fournira toutes les opportunités au personnel afin qu’il puisse augmenter sa connaissance, son ouverture d’esprit, ses aptitudes, ainsi que son attitude, pour qu’il puisse faire la promotion du respect des droits de l’homme, qu’il puisse respecter la diversité, comprendre les enjeux liés à l’identité de genre et à l’expression de genre, en relation tant avec la foi catholique traditionnelle qu’avec le reste de la société.

(a) Si un ou plusieurs élèves fréquentant une école gérée par un conseil demandent à un membre du personnel employé par le conseil de le soutenir pour créer une organisation étudiante volontaire ou pour organiser une activité visant à promouvoir un environnement d’apprentissage accueillant, attentionné, respectueux et sûr qui respecte la diversité et favorise un sentiment d’appartenance, le directeur de l’école doit :
I. autoriser immédiatement l’établissement de l’association d’étudiants ou l’organisation de l’activité à l’école, et
II. sous réserve de l’alinéa d), dans un délai raisonnable à compter de la date à laquelle le directeur d’école reçoit la demande, désigne un membre du personnel pour assurer la liaison avec le personnel afin de faciliter la création et le fonctionnement continu de l’association étudiante ou d’aider à l’organisation de l’activité .
b) Aux fins de la présente procédure, une organisation ou une activité comprend une organisation ou activité qui promeut l’égalité et la non-discrimination en ce qui concerne, sans limite, race, croyance religieuse, couleur, genre, identité de genre, expression de genre, handicap physique, handicap mental, état familial ou orientation sexuelle, y compris, mais sans s’y limiter, des organisations telles que les alliances homosexuelles, les clubs de diversité, les clubs anti-racisme et les clubs anti-intimidation.
(c) Les étudiants peuvent choisir un nom respectueux et inclusif pour l’organisation ou activité, y compris le nom « alliance gay-hétéro » ou «alliance homosexuelle », après consulter du principal.
Il est entendu que le directeur ne doit pas interdire ou décourager les étudiants de choisir un nom qui inclut « alliance gay-hétéro » ou «alliance homosexuelle »
»

 

Un commentaire est-il nécessaire ? Cependant, nous pouvons affirmer que nous n’avons jamais lu dans l’histoire de l’Eglise, que les saints des premiers siècles aient accepté de sacrifier aux dieux. En effet, les autorités romaines ont souvent commandé aux premiers chrétiens de mettre de l’encens aux fausses idoles du paganisme, leur promettant qu’ils pourraient « être chrétiens en paix » une fois qu’ils auraient accompli – une seule fois – cet acte d’idolâtrie. Que fut la réponse des premiers chrétiens : Non possumus ! Nous ne pouvons pas ! Et ils préférèrent la mort.

La mort plutôt que la souillure.
Devise des ducs de Bretagne