Mgr Lefebvre et le code de droit canonique de 1983

On ne met pas plus d’ordre dans l’Église avec le code moderniste
qu’on ne met de sainteté avec la messe moderne.

J’ai donné un sermon sur le nouveau code, lequel ne peut être que l’instrument de la destruction de l’Église, car on ne voit pas comment un révolutionnaire pourrait faire un nouveau droit qui ne soit pas au service de la révolution et un moderniste un code qui ne soit pas au service du modernisme.

Le temps m’a manqué pour poursuivre cet exposé, malgré son importance capitale. Je le reprends ici et le poursuivrai jusqu’à ce que toute la lumière soit faite.

Sans vouloir me mettre en avant, il est quelquefois nécessaire de faire connaître ses titres dont l’objet est de garantir auprès du public l’autorité de celui qui les porte. Maître en droit civil, je fus nommé à la tête des Affaires Canoniques du District de France, ainsi que membre de la Commission Canonique Saint Charles Borromée pour toute la Fraternité Saint Pie X, et mes supérieurs me confièrent des fonctions de juge en première instance et en appel, avocat et promoteur de justice.

Continuer la lecture de « Mgr Lefebvre et le code de droit canonique de 1983 »

À hiérarchie subversive,
droit canon subversif

Vous aurez remarqué que notre charte sacerdotale condamne sans appel le code de “droit” canon moderniste. Cela n’est pas du goût de tout le monde et une récente vidéo prétend s’appuyer sur Mgr Lefebvre et sur moi-même contre mon confrère M. l’abbé Salenave pour accepter en partie le code moderniste. Ah, les libéraux ! Toujours à trouver des demi-mesures pour finir par ne s’opposer à rien !

Je veux vous éclairer sur ce problème beaucoup plus grave qu’il n’y paraît.

Bientôt je vous donnerai une conférence écrite, mais n’attendez pas pour faire connaitre ce sermon et le diffuser largement.

Télécharger