Une épidémie grave et négligée

« Ne craignez pas ceux qui tuent le corps et qui ne peuvent tuer l’âme ; craignez plutôt celui qui peut faire périr l’âme et le corps dans la géhenne. » Notre Seigneur en saint Mathieu, 10, 28.

Facebook étend sa messagerie
pour jeunes enfants
à 70 pays

22/04/2020 20:05 | AFP | 278

L'application Messenger Kids de Facebook cible les enfants de moins de 13 ans, qui ne sont pas censés utiliser le réseau social et sa messagerie
L’application Messenger Kids de Facebook cible les enfants de moins de 13 ans, qui ne sont pas censés utiliser le réseau social et sa messagerie ( Olivier DOULIERY / AFP )

Facebook a déployé mercredi sa messagerie pour les jeunes enfants, Messenger Kids, dans 70 nouveaux pays, assurant qu’elle pouvait aider les petits à continuer à apprendre et à échanger avec leurs amis pendant le confinement.

Les jeunes utilisateurs pourront désormais échanger en groupes et ajouter eux-mêmes leurs amis. Avant c’était aux parents de faire le premier pas. “Les adultes nous ont dit qu’ils veulent donner plus d’indépendance à leurs enfants dans la gestion de leurs contacts, tout en gardant le contrôle”, explique Antigone Davis, directrice de la sécurité chez Facebook, dans un communiqué en ligne.

Le géant des réseaux sociaux veut aussi ajouter un mode supervisé par les parents, qui pourront ainsi approuver les nouveaux contacts choisis par leurs enfants de moins de 13 ans.

Sur le continent américain, les parents peuvent aussi autoriser leur progéniture à afficher leur nom et leur photo de profil en public, pour trouver plus d’amis potentiels.

“Entre les écoles fermées et la distanciation sociale, les parents se tournent plus que jamais vers la technologie pour aider leurs enfants. C’est une application de messagerie et d’appels vidéo qui permet aux petits de discuter avec leurs amis et leur famille dans un environnement amusant et contrôlé par les parents”, ajoute Antigone Davis.

Messenger Kids a été lancé en 2017 aux Etats-Unis, et étendu plus tard au Canada et à une poignée d’autres pays, ciblant les enfants trop jeunes pour utiliser Facebook. Cette extension concerne différentes régions du monde, dont l’Afghanistan, le Costa Rica ou encore l’Indonésie.

Certains défenseurs du respect de la vie privée estiment que cette appli peut nuire aux enfants, en les incitant à passer plus de temps en ligne, sur des plateformes qui pourraient éventuellement collecter des données sur eux.