Les indulgences

Conditions ordinaires pour gagner une indulgence plénière

Pour gagner une indulgence, il faut en avoir l’intention, au moins générale, être en état de grâce, accomplir l’œuvre prescrite.

Les conditions ordinaires sont :

  • confession dans les huit jours avant ou après (à condition d’être en état de grâce au moment de gagner l’indulgence),
  • communion depuis la veille et dans les huit jours suivants,
  • prières aux intentions du Souverain Pontife telles qu’énumérées dans le droit canonique, à savoir l’exaltation de la sainte Église catholique ; la propagation de la foi ; l’extirpation des schismes et des hérésies ; la conversion des pécheurs ; la paix et la concorde entre les princes chrétiens ; les autres besoins de la chrétienté. Ces prières sont laissées au choix du fidèle (par exemple Notre Père, Je vous salue Marie et Gloire au Père) et doivent être vocales.

Les prêtres peuvent commuer les œuvres prescrites pour ceux qui en sont légitimement empêchés.

Indulgences générales

Chapelet

Indulgence plénière à qui récite pieusement le chapelet dans une église, un oratoire, ou en famille, dans une communauté religieuse ou en commun.

N. B. Il suffit de réciter un chapelet et non le rosaire entier, mais les cinq dizaines doivent être récitées sans interruption ; à la prière vocale doit s’ajouter la pieuse méditation des mystères ; dans la récitation publique, les mystères doivent être énoncés selon la coutume locale approuvée ; dans la récitation privée, il suffit que le fidèle joigne à la prière vocale la méditation des mystères.

On peut réciter le chapelet alternativement avec la radio (ou d’autres moyens de transmission), pourvu que ce ne soit pas un enregistrement, mais qu’il y ait actuellement quelqu’un qui le récite au micro (Sacrée Pénitencerie Apostolique, 9 mai 1952, 8 octobre 1958).

Indulgence plénière pour la récitation du chapelet devant le très saint Sacrement, soit publiquement exposé, soit renfermé dans le tabernacle, aux conditions ordinaires. On gagne autant d’indulgences plénières que de chapelets récités dans ces conditions.

Chemin de la Croix

Indulgence plénière à qui accomplit le pieux exercice du chemin de Croix. Pour cela, il faut parcourir les stations. Dans un chemin de croix à plusieurs, il suffit de se lever et s’agenouiller en même temps que celui qui dirige le chemin de croix et parcourt les stations. Les stations doivent être légitimement érigées.

Ceux qui ont une empêchement pourront gagner cette indulgence en consacrant une demi-heure à la pieuse lecture et méditation de la Passion et de la mort du Notre Seigneur Jésus Christ.

Saint Sacrement

Indulgence plénière à ceux qui visitent le Saint Sacrement pour l’adorer pendant au moins une demi-heure.

Une indulgence plénière à qui  s’approche pour la première fois de la Sainte Table ou qui assiste pieusement à la première Communion d’une autre personne.

Visite en esprit au Saint Sacrement

Pour ceux qui sont légitimement empêchés de visiter le Saint Sacrement à l’église, mais qui le visitent en esprit, avec récitation de cinq Notre Père, Je vous salue Marie et Gloire au Père, plus un Notre Père, un Je vous salue Marie et un Gloire au Père aux intentions du souverain Pontife : indulgence de 5 ans ; indulgence plénière s’ils le font sept jours de suite. Aux conditions ordinaires.

Lecture de l’Écriture Sainte

Une indulgence plénière est accordée au fidèle qui lit la Sainte Écriture dans une version approuvée, avec la vénération due à la Parole de Dieu et par manière de lecture spirituelle, pendant au moins une demi-heure.

Retraite ou exercices spirituels

Indulgence plénière à qui, pendant au moins trois jours entiers, se consacre à une retraite spirituelle ou aux exercices spirituels

Prière Ô Christ Jésus, je vous reconnais pour Roi universel

Indulgence plénière aux conditions ordinaires. C’est l’indulgence plénière la plus facile à gagner. On la trouve à la page du chapelet, ici.

Récitation de l’Angelus

À ceux qui récitent l’Angelus trois fois par jour (matin, midi et soir) – (Regina cæli en temps pascal) : indulgence de 10 ans à chaque fois. Indulgence plénière aux conditions ordinaires s’ils le font pendant un mois.

Oraison mentale, examen de conscience

Oraison mentale d’un quart d’heure au moins : indulgence de 5 ans ; indulgence plénière chaque mois. Aux conditions ordinaires.
Examen de conscience, détestation des péchés et propos de se corriger : indulgence de 5 ans, indulgence plénière chaque mois. Aux conditions ordinaires.

A l’article de la mort

Indulgence plénière donnée par un prêtre avec la bénédiction apostolique.

Si le prêtre ne peut pas être présent auprès du mourant, celui-ci peut cependant recevoir l’indulgence plénière « in articulo mortis, à l’article de la mort » pourvu qu’il soit bien disposé et qu’il ait récité quelque prière durant sa vie ; dans ce cas l’Église supplée aux trois conditions habituellement requises pour l’indulgence plénière. Pour acquérir cette indulgence, il est recommandé d’utiliser un crucifix ou une croix.

N.B. Le fidèle, vue la circonstance, peut recevoir cette indulgence plénière même s’il a déjà gagné ce jour-là une autre indulgence plénière.

Il sera bon de prévenir les personnes en danger mortel de cette disposition de l’Église si elles ne peuvent être assistées à temps par un prêtre catholique.

En outre, de nombreuses prières sont enrichies d’une indulgence plénière à gagner au moment de la mort. Par exemple : Les fidèles qui, à n’importe quel moment de leur vie, le cœur contrit et rempli d’un sincère amour pour Dieu, forment le propos d’accepter de la main de Dieu avec une âme paisible et consentante le genre de mort qu’Il lui plaira de leur envoyer, avec toutes ses angoisses, ses peines et ses douleurs, gagnent une indulgence de 7 ans. Ils gagnent en outre une indulgence plénière qui leur sera
appliquée à l’article de la mort si une fois au moins dans leur vie, ils ont accompli cet acte d’acceptation. Aux conditions ordinaires.

Première Messe des prêtres et jubilés des ordinations

Une indulgence plénière est accordée :

– au prêtre qui célèbre sa première Messe en présence de peuple au jour fixé ;
– aux fidèles qui assistent avec dévotion à cette Messe ;
– au prêtre qui célèbre le 25e, 50e, 60e et 70e anniversaire de son ordination sacerdotale et qui aura renouvelé devant Dieu la résolution d’accomplir fidèlement les devoirs de sa vocation ;
– aux fidèles qui assistent dévotement à la célébration de la Messe de ce jubilé.

Indulgences à des dates particulières

Le premier vendredi de chaque mois

Le premier vendredi de chaque mois, participation à un office public en l’honneur du Sacré-Cœur : indulgence plénière (confession, communion, prière aux intentions du Souverain Pontife).

Si l’on on a un empêchement légitime à se rendre à un office public, la même indulgence plénière est accordée à celui qui récite en privé quelques prières en réparation des injures des hommes envers le Sacré-Cœur.

Le premier samedi du mois

Le premier samedi de chaque mois, exercice particulier de dévotion en l’honneur de la bienheureuse Vierge Marie, en réparation des blasphèmes portés contre son nom et ses prérogatives : indulgence plénière.

1er janvier

Indulgence plénière le premier jour de l’année pour la récitation publique du « Veni Creator » dans une église ou un oratoire pour implorer l’aide divine pour l’année qui commence.

Jeudi saint

Indulgence plénière le Jeudi Saint à ceux qui, au cours de la déposition solennelle du Saint Sacrement à l’issue de la Messe « in Cena Domini », récitent pieusement les strophes du « Tantum Ergo ».

Vendredi saint

Indulgence plénière le Vendredi Saint à ceux qui participeront à l’adoration de la Croix au cours de la fonction liturgique solennelle, ainsi qu’à ceux qui accompliront le pieux exercice du chemin de la Croix.

Pour cela, il faut parcourir les stations ou se lever et s’agenouiller en même temps que celui qui dirige le chemin de croix et parcourt les stations. Les stations doivent être légitimement érigées.

Fête-Dieu

Indulgence plénière à qui participe pieusement à la procession eucharistique solennelle lors de la solennité de la Fête-Dieu, qu’elle se déroule à l’intérieur d’un édifice sacré ou à l’extérieur ;

Fête du Sacré Cœur

Une indulgence plénière est accordée au fidèle qui, en la solennité du Sacré Cœur de Jésus, récite publiquement l’acte de réparation “Très doux Jésus, Vous avez répandu sur les hommes…”

Indulgence de la Portioncule
2 août

Depuis le 1er août à midi jusqu’au 2 à minuit, tous les fidèles peuvent gagner une indulgence plénière pour eux ou pour les défunts aux conditions ordinaires en visitant une église (ou une chapelle) et en y récitant un Notre Père et un Je vous salue Marie.

Fête du Christ-Roi
Dernier dimanche d’octobre

Une indulgence plénière est accordée au fidèle qui, en la solennité de Notre Seigneur Jésus Christ Roi (dernier Dimanche d’octobre), récite publiquement l’acte de Consécration du genre humain au Christ Roi, qui commence ainsi : « Très doux Jésus, Rédempteur du genre humain… ».

Indulgences de la Toussaint
1 au 8 novembre

Du 1er à midi au 2 à minuit, on peut gagner une indulgence plénière applicable seulement aux défunts aux mêmes conditions que le 2 août

Du 1er au 8, on peut gagner, aux conditions ordinaires (confession, communion, prière aux intentions du souverain pontife, voir ci-dessus) une indulgence plénière applicable seulement aux défunts, en visitant un cimetière et en priant, même mentalement pour les défunts.

Dernier jour de l’année

Une indulgence plénière est accordée pour la récitation publique du « Te Deum »